KVI Banner

Le contre-projet du Parlement ? Une approche inefficace et dépassée !

En cas de rejet de l'initiative pour des multinationales responsables, le contre-projet indirect du Parlement entrera en vigueur. Mais plutôt que de prévenir les risques et de compenser les dommages, il conduirait surtout à plus de paperasse pour les entreprises concernées. Car le contre-projet n’impose aux entreprises que des obligations de déclaration inefficaces et limite la responsabilité à la simple rédaction de rapports et de brochures.

Les obligations de déclaration constituent le cœur du contre-projet indirect. Les grandes entreprises suisses devraient rédiger des rapports annuels sur des informations non financières, en particulier sur les objectifs en matière de CO2, les enjeux sociaux et liés au travail. Le contre-projet - comme l'initiative - prévoit des obligations de diligence raisonnable, mais seulement pour les entreprises actives dans le domaine des minerais et minéraux provenant de zones de conflit et de zones à haut risque, ou lorsqu'il existe une suspicion raisonnable de travail des enfants.

La réduction des obligations de diligence raisonnable à ces deux domaines est trop limitée. Pourquoi par exemple introduire des obligations de diligence raisonnable en lien avec le travail des enfants, mais pas en lien avec le travail forcé ?

Pour ce qui est des sanctions en cas de manquement, le contre-projet prévoit une amende allant jusqu'à 100’000 francs suisses pour toute personne autrice d’omissions ou de fausses déclarations dans les rapports. Contrairement à l’initiative, ce sont ainsi les personnes physiques qui sont rendues responsables des manquements d’une entreprise. Et cette disposition ne profite pas aux parties lésées (absence de compensations).

Les parties lésées ne sont pas directement compensées

L’initiative pour des multinationales responsables promeut la responsabilité sociale par le biais de la diligence raisonnable et de la responsabilité civile. L'initiative adapte notre cadre juridique aux réalités économiques du XXIe siècle d'une manière qui place la responsabilité de tous les acteurs au centre.

Les entreprises doivent remplir leur devoir de diligence raisonnable, car cela conduit à l'amélioration des conditions de vie à un niveau local. Et si des normes minimales internationalement reconnues en matière de droits humains et d'environnement sont violées par des entreprises suisses, les parties lésées doivent pouvoir engager des poursuites judiciaires sur place ou en Suisse, pays siège de l’entreprise.

En mettant l'accent sur les obligations de déclaration et les sanctions pénales pécuniaires, le contre-projet réduit quant à lui les parties lésées au rôle de spectatrices. Le mécanisme de sanction envisagé dans le contre-projet ne vise en effet pas à compenser les dommages causés directement aux parties lésées !

Plus de responsabilité étatique et moins de responsabilité individuelle

Comme déjà mentionné, le contre-projet s'appuie sur un mécanisme de sanction pénale. Une amende de 100’000 francs suisses au maximum sera infligée à quiconque se rend coupable d’omissions ou fausses déclarations dans les rapports, ou ne respecte pas l'obligation légale de conserver et de documenter les rapports. Cette disposition attribue un rôle central à l'État, dans la mesure où les poursuites pénales relèvent de la responsabilité étatique.

Dans le cas de la procédure civile proposée par l’initiative, les tribunaux assumeraient simplement le rôle d'arbitre. Les parties au litige devraient apporter la preuve de leur bonne foi et négocier. De plus, l'initiative crée les incitations nécessaires à ce que les entreprises remplissent de manière efficace leurs obligations en matière de droits humains et d'environnement.

Les obligations de déclaration ne modifient pas les comportements

Les rapports prévus par le contre-projet doivent offrir au public un aperçu des efforts déployés par les entreprises (ou du manque d’efforts). Afin que ces obligations de déclaration fonctionnent comme une mesure réglementaire, les organisations de la société civile et d'autres groupes d'intérêt devraient ensuite dénoncer les entreprises afin qu’elles se comportent différemment (ce qu'on appelle le "naming and shaming").

La responsabilité est donc transférée à la société civile. Les entreprises, en tant que véritables responsables des dommages, seront soulagées. Les parties lésées seront réduites au rang de spectatrices.

Une approche dépassée

En réalité, ce contre-projet repose sur une approche dépassée. Les rapports obligatoires sur les questions non financières sont une copie de la directive européenne sur la publication d'informations non financières. À la fin de l'année dernière, la Commission européenne a décidé de revoir cette directive, car elle est loin d'avoir l'effet escompté. En outre, la Commission européenne a annoncé en mai de cette année qu'elle poursuivait un projet législatif sur la diligence raisonnable en matière de droits humains pour les grandes entreprises européennes.

Avec ce contre-projet, le législateur suisse et le Conseil fédéral ne tirent pas les leçons des expériences de nos voisins européens et se limitent à une vision dépassée et inefficace de la responsabilité des entreprises. Seule l'initiative pour des multinationales responsables constitue un réel progrès en faveur des droits humains et de l’environnement.

3e6498

Il va sans dire que dans une économie libérale, la liberté d'entreprendre et la responsabilité sociale sont indissociables. Les entreprises suisses connaissent le succès parce qu'elles bénéficient de libertés économiques et d’opportunités offertes par la mondialisation. Mais la liberté de faire des affaires à l'échelle mondiale inclut également la responsabilité de protéger les personnes et l'environnement. C’est la raison pour laquelle des normes minimales doivent être respectées dans le monde entier. Ce n’est qu’en appliquant ces normes que l'économie pourra se développer de manière durable et respectueuse de la dignité humaine partout dans le monde. Tous les acteurs de la société - y compris les entreprises - doivent se conformer à ces principes fondamentaux.

L’économie suisse est profondément intégrée à l’économie mondiale. Notre cadre juridique doit maintenant être adapté à cette réalité. Le devoir de diligence à l'égard des droits humains et de l'environnement doit ainsi être une obligation pour les entreprises suisses et doit être applicable devant ses tribunaux. Il s'agit là d'une exigence minimale : si une entreprise suisse viole des normes minimales reconnues au niveau international, les parties lésées doivent avoir la possibilité de s'adresser à un tribunal suisse. Car les responsables de telles violations se trouvent également en Suisse. Avec l'extension du principe de la responsabilité de l’employeur, l'initiative pour des multinationales responsables ne fait que reprendre un concept éprouvé du droit civil suisse. Une entreprise est responsable si son activité économique cause un dommage.

Ce qui est nuisible dans le sport l’est également dans le monde économique. Comme pour un match de football, les marchés ne fonctionnent que s'ils sont encadrés par des règles claires et des conditions-cadres équitables. C’est à l'État de fixer ce cadre. Si les entreprises suisses enfreignent les règles du jeu applicables sans pouvoir être tenues pour responsables, elles obtiennent un avantage concurrentiel déloyal par rapport à celles qui se comportent correctement. En fixant des règles claires en matière de responsabilité des entreprises, l'État garantit ainsi que les entreprises suisses sont traitées sur un pied d'égalité et que la concurrence en Suisse fonctionne sainement. L'initiative pour des multinationales responsables crée des incitations pour un comportement conforme aux droits humains et respectueux de l’environnement, renforçant ainsi la réputation des entreprises suisses et de la Suisse en tant que place économique.

Il vaut mieux prévenir une infraction que la sanctionner. Une telle approche est également plus logique d'un point de vue économique, car elle évite le versement ultérieur d'indemnités. Cette approche préventive est au cœur de l'initiative pour des multinationales responsables, qui oblige les grandes entreprises à effectuer un examen de diligence raisonnable. Et cela n’a rien de nouveau : l'initiative intègre les processus de diligence raisonnable et de gestion des risques déjà appliqués par de nombreux groupes. Le devoir de diligence prévu dans le texte de l'initiative est pragmatique et peut être mis en œuvre de manière réaliste, car sa portée dépend de la taille et du risque entrepreneurial du groupe. En outre, l'approche choisie par l'initiative n’est pas bureaucratique, car l'État ne contrôle pas directement le respect de ce devoir de diligence. Aucune autorité de contrôle ou procédure de suivi supplémentaire n'est créée. L’initiative offre un système d'incitation intelligent : en cas de procès, un groupe sera dégagé de toute responsabilité s'il a effectué un examen de diligence raisonnable. Les groupes peuvent donc facilement se protéger en menant leurs activités de manière responsable.

À l'heure de la mondialisation économique, des règles plus strictes en matière de responsabilité des entreprises sont nécessaires. Cela est reconnu depuis longtemps au niveau international. Plusieurs pays ont déjà mis en œuvre leurs propres lois sur la responsabilité internationale des entreprises. D'autres pays et l'Union européenne sont actuellement en train d'élaborer de telles lois. En disant oui à l’initiative pour des multinationales responsables, nous soutenons cette tendance internationale et contribuons activement à la promouvoir. De cette manière, nous prenons les devants et évitons qu'une solution nous soit à nouveau imposée de l'extérieur. L'approche suisse en matière de responsabilité des entreprises répond également aux normes de l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) et des Nations unies (ONU). L'initiative pour des multinationales responsables n'est en aucun cas une approche unique à la Suisse. Elle permet au contraire de mettre en œuvre un ensemble de règles coordonnées et acceptées au niveau international.

Grâce à votre soutien, nous pourrons diffuser des faits et chiffres fondés durant la campagne.

Choisir le montant:
CHF
Votre don est sécurisé.
Etat : 13 535 Francs | But : 20 000 Francs
67%

Téléchargez et partagez nos affiches !

Grâce à votre soutien, nous pourrons diffuser des faits et chiffres fondés durant la campagne.

Choisir le montant:
CHF
Votre don est sécurisé.
Etat : 13 535 Francs | But : 20 000 Francs
67%

Téléchargez et partagez nos affiches !

Affiches Responsables OUI
Affiches Responsables OUI
Affiches Responsables OUI
Banner